Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

Algérie . Le RCD , un parti Kabyle

said saadi 2.png

Saïd Sadi est député et président du Rassemblement pour la culture et la démocratie.  

http://www.youtube.com/watch?v=Fk87iJDeSa4

Les  médias  nous  presentent   les  manifestations  qui  se  deroule  en  algerie comme  le  souhait  du  peuple  Algerien  de  voir  un  régime  démocratique  s'  installer  dans  le  Pays  .

La  première  des  choses  qu'  il  faut  savoir  ,  c'  est  que  le  parti  de  Saïd  Sadi  " Le  RCD  "  ( Rassemblement  pour  la  culture  et  la  démocratie )  ,  est  un  parti  dominer  par  les  Kabyles  .  Donc  une  minorité  en  Algerie  qui  recherche  une  certaine  autonomie  de  la  Kabylie  .

Cette  revendication  autonomiste    nous  explique  pourquoi  ,  la  majorité  des  adherents  de  se  parti  réclame  une  democratie  laïc   ou  la  religion  islamique  doit  être  reléguer  a  la  catégorie  Musée .

Les  médias   de  france  essaient   de  nous  faire  croire  que  la  manifestation  réclamer  par  le    RCD  ,  est  representatif  du  peuple  Algerien  alors  qu'  en  réalité  c' est  la  frange  Kabyle  qui  s' y  exprime    .

Certes  la  majorité  des  Algeriens  ,  recherchent  un  régime  qui  leur  permettra  de  s'  exprimer   et  de  vivre  convenablement  dans  un  pays  rongé  par  la  corruption  d'  Etat   mais   pas  sous  le  masque  de  parti  KABYLES  qui  souhaiteraient  laïcisé  le  pays   .

Ce  qui  suit  est  une  analyse  faite  par  des  Kabyles  . Ils  y  denonce  le  RCD  qu' ils  accusent  de  servir  les  interets  du  pouvoir  militaire  Algerien  .

 

Après les événements d’octobre 88, la légalisation du FFS allait attirer autour de celui-ci tous les Kabyles. La structuration de la société kabyle revendicatrice dans le cadre d’un parti politique d’opposition très prestigieux en raison du passé et des positions de Houcine Aït Ahmed étant perçu comme très dangereux pour la stabilité du système, le pouvoir a vite pensé à diviser les Kabyles à deux ou plusieurs camps belligérants. Ainsi, le Général Md Touati, un Kabyle de service très influent au sein du régime algérien, contacte Said Sadi et lui propose la création d’un parti politique. Sachant que les Kabyles sont très sensibles aux thèmes de la culture et de la démocratie, l’on chuchote alors à Sadi d’appeler son parti « Rassemblement pour la Culture et la Démocratie », RCD. Bien que la loi portant sur la création des partis politique interdit toute référence à la religion, à la race, à la culture, etc. ! Les planificateurs de la ruine kabyle ont bien vu ; après la déclaration de la naissance du RCD en 1989, des milliers de Kabyles, attirés comme des papillons nocturnes par la brillance du sigle, y adhèrent. Et au fur et à mesure que l’on avance dans le temps, les positions et les orientations des deux partis divergent et, au grand bonheur du régime, entraînent avec elles des pans entiers de Kabyles. Pire, toutes les fois qu’un mouvement, une organisation ou une association naît en Kabylie, la division pointe automatiquement du nez. Ainsi, les deux principaux mouvements mobilisateurs qui drainent jadis des foules de Kabyles dans les manifestations sont réduits presque à néant : le MCB éclate en trois tendances : MCB-Commissions Nationales, MCB-Coordinations Nationales, et MCB-Rassemblement National ; et la CADC explose en deux tendances : ailes anti-dialoguiste et aile dialoguiste. Chacune de ces tendances s’autoproclame leader de la Kabylie et accuse l’autre de trahison ; la guerre pour leadership y fait rage et la Kabylie encaisse les coups, à la grande satisfaction d’un régime manipulateur.

Pour élargir le fossé entre les deux formations politiques, le FFS et le RCD, et par conséquent entre les Kabyles, le régime algérien, d’un côté, via son commis le Général Md Touati, manipule et dresse les militants du RCD contre les islamistes et présente ce parti comme un défenseur de la démocratie, et d’un autre côté, il accuse le parti d’Aït Ahmed de rapprochement avec les islamistes et le qualifie d’anti-démocrate. Il va sans dire que dans leur acharnement contre les intégristes islamistes, que le régime incite aussi contre les Kabyles, les militants radicalisés du RCD s’acharnent également sur les militants du FFS. A plusieurs occasions, les disputes verbales entre les frères-ennemis ont failli se transformer en violence physique.




12/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres