Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

Déchirure . L' Art d' orienter le vote des électeurs

 

"Guerre d'Algérie, la déchirure": un film tout en archives, parfois ...

Programmé  un  tel  documentaire  ,  à  quelques  semaines  d'  une  election  presidentiel  n'  est  pas  neutre  .  En  general  , se  genre  de  reportage  passe  en  deuxième  partie  de  soirée  22 H 30  pour  être  plus  précis  .  On  préfère  plus  se   remémoré  les  années  noir  du  Nazisme  que  celle  de  l'  algerie . Car  dans  les  deux  cas  le  méchant  n'  est  pas  le  même  .

Nous  allons  bien  voir  à  quelle  heure  sera  diffusé  se  documentaire  au  mois  de  Mars  .

Et  là  ,  nous  comprendrons  qu'  on  essait  d'  orienter   le  vote  des  electeurs  .

 

Des archives inédites, des images jamais vues. La chaîne France 2 diffusera en mars prochain un documentaire intitulé « Guerre d'Algérie, la déchirure », à l’occasion du 50e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie en juillet 1962.

 

Ce film, en deux parties de 55 minutes, a été conçu par le réalisateur Gabriel Le Bomin, auteur notamment d'un long métrage remarqué sur la Première guerre mondiale, « Les Fragments d'Antonin », et par l'historien Benjamin Stora, spécialiste de l'Algérie coloniale et de la guerre d'Algérie.

 

Pour le préparer, ils ont eu accès à des archives inédites de l'armée française, des sources algériennes, des images de la BBC et de télévisions d'Europe de l'Est, des fonds amateurs collectés par des cinémathèques régionales, des films familiaux ou de la Croix-Rouge suisse.

 

« Au total, on avait 140 heures de rushs disponibles, pour deux heures de récit. L'ECPAD (Établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense, ndlr) nous a permis de travailler à partir de rushs d'origine, et non de films montés. Nous avons aussi été autorisés à utiliser des films dont la diffusion était jusque-là interdite », explique à l’AFP Gabriel Le Bomin.

 

« C'était vraiment une grande nouveauté. Il y a aussi eu tout un travail dans des cinémathèques, notamment d'anciens pays de l'Est, où l'on a pu accéder aux archives des maquis algériens. C'était l'ambition du film, d'avoir un champ/contre champ: raconter le point de vue français, mais aussi celui du FLN ».

 

L'optique était double: réaliser un documentaire global racontant de manière pédagogique l'ensemble de la guerre d'Algérie, et faire « le premier film français tout en archives » sur le sujet, sans témoignages mais accompagné d'un commentaire en voix off de l'acteur Kad Merad, lui-même né en Algérie en 1964, explique Benjamin Stora.

 

« C'est un film très original et très difficile à faire, parce qu'il y a des épisodes de cette histoire qui n'ont pas d'archives filmées. Donc il a fallu travailler à leur représentation filmique », ajoute-t-il.

 

Les attentats ou la torture manquent ainsi d'archives directes, mais ont pu être racontés notamment à travers des images de victimes.

 

Parmi les archives jamais vues à la télévision française, le film montre des images de cadavres de soldats, parfois mutilés. Ou la visite en 1958 en Chine de Ferhat Abbas, président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA, front politique du FLN), accueilli par une foule immense.

 

Il a fallu un peu moins d'un an pour fabriquer « Guerre d'Algérie, la déchirure », qui a fait l'objet d'un travail de colorisation, certaines images étant originellement en couleur et d'autres en noir et blanc. Sa diffusion, dont la date exacte n'est pas encore précisée, sera suivie d'un débat animé par le journaliste de France 2 David Pujadas.




19/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres