Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

Des reliures de livres en Peau Humaine

Ces livres qui n'ont que la peau sur les mots

"L'utilisation de la peau humaine comme matériau de reliure est peut être aussi ancienne que l'histoire de l'humanité - l'écorchement des ennemis défaits ou des prisonniers et l'utilisation de leur peau remontent à l'antiquité, voire même à la préhistoire. Les Assyriens en particulier, étaient connus pour écorcher leurs captifs vivants et exhiber leurs dépouilles sur leurs fortifications. Les légendes et les contes populaires déforment inévitablement l'histoire factuelle de l'utilisation de la peau humaine : les livres ou les parchemins faits de peau humaine auraient été créés dès le Moyen-Âge, quand le tannage de la peau humaine (et la conservation d'autres parties du corps) est devenu une sorte de marotte. Même si la crédibilité de ces légendes est douteuse, il existe quelques mentions historiques d'une Bible du 13ème siècle et d'un recueil de Lettres Décrétales (le droit canon Catholique) écrits sur de la peau humaine.

Les premiers exemples fiables de reliures en peau humaine datent du 17ème siècle, mais la pratique semble vraiment avoir pris pendant la Révolution française. La peau des victimes de cette période sanguinaire était parfois utilisée pour relier les livres de leurs partisans ; parmi d'autres documents reliés en peau, on trouve une copie des Droits d'Homme et plusieurs copies de la Constitution française de 1793. À partir de cette époque, les légendes sur les utilisations de la peau humaine sont devenues un outil de propagande populaire, propagande utilisée non seulement pendant la Révolution française, mais aussi pendant la Guerre civile américaine et les deux Guerres mondiales.

Au 19ème siècle, les reliures en peau humaine ont conquis la classe supérieure romantique et ces reliures sont devenues plus communes, en particulier pour les manuels d'anatomie, que les docteurs et des étudiants en médecine pouvaient faire faire dans la peau de cadavres qu'ils avaient disséqués. Un des premiers exemples a été le livre d'Andreas Vesalius "De Humani Corporis Fabrica" trouvé dans la bibliothèque de John Hay du Brun. L'association de l'aristocratie médicale et juridique de l'époque a fait que de nombreux livres de lois ont été reliés de la même manière.

Vers la même époque, la peau des criminels exécutés était parfois utilisée pour des reliures. Le premier exemple connu est le dictionnaire de Samuel Johnson relié avec la peau du criminel James Johnson (on ne connaît pas de relation entre les deux), après que ce dernier a été pendu à Norwich en 1818. Le musée de Bury St. Edmund (Suffolk, Grande Bretagne) possède un exemplaire plus célèbre encore : un compte-rendu des actes du procès de William Corder, auteur du meurtre de Maria Martin en 1827, relié dans la peau même du meurtrier exécuté."




25/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres