Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

L' Oeil Bionique commercialisé aux Etats - Unis

 

L'Agence américaine des médicaments (FDA) a approuvé jeudi 14 février la mise sur le marché du premier oeil bionique. Baptisé "Argus II" ce produit a déjà obtenu les autorisations nécessaires pour une commercialisation en Europe et dans quelques pays voisins. Il équiperait actuellement une soixantaine d'aveugles dans le monde.

"L'argus II a déjà été implanté sur des patients en France mais aussi en Angleterre, en Allemagne, en Italie ainsi qu'en Arabie Saoudite" assure Grégoire Cosendai, Vice-President de la société Second Sight Medical Products qui commercialise l'appareil. Cette autorisation de la FDA permet désormais à l'entreprise d'équiper les patients américains de cet oeil bionique.

CAPTEUR. Ce système, mis au point par la société californienne Second Sight Medical Products, se compose d'une paire de lunettes équipée d'une caméra avec un un capteur à 3 millions de pixels. Les images capturées transitent alors par un fil jusqu'à un boîtier de la taille d'un téléphone portable qui se fixe à la ceinture du patient.

À l'intérieur, les données sont traitées, transformées en informations exploitables, et renvoyées vers un émetteur en forme de disque plat, fixé sur la branche droite des lunettes.

 

Vue du dispositif : les lunettes et le boitier de traitement des images. Crédit : Second Sight

PROTHÈSE. Les données sont alors transmises par une liaison sans fil jusqu'à une prothèse fixée par une opération chirurgicale dans l'oeil du patient. "La pose de cette prothèse est effectuée par un chirurgien vitréorétinien (c'est à dire spécialisé dans l'arrière de l'oeil, NDLR). L'opération dure entre deux et quatre heures, et la prothèse est placée entre l'oeil et la paupière, dans une zone peu sensible" précise Gregoire Cosendai.

La prothèse fixée sur l'oeil. Les informations et l'énergie nécessaire à son fonctionnement sont reçues par le disque plat de couleur plus foncée sur l'image, puis transmises aux électrodes (au centre de la prothèse) qui vont stimuler la rétine de l'oeil.

 

NERF. Une fois véhiculées sans fil jusqu'à la prothèse, les données sont ensuite transportées jusqu'à une grille de 60 électrodes. En stimulant le nerf optique à l'arrière de la rétine, elles vont permettre au patient de percevoir de nouvelles informations visuelles.



21/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres