Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

Serotonine - Depression et IRS .

Sérotonine : Définition

Sérotonine - Wikipédia

Dépression et sérotonine

En direct du système nerveux : la sérotonine

Pour synthétiser de la sérotonine, nous avons besoin d'un acide aminé de l'alimentation, le tryptophane. Nos cellules nerveuses le transforment en sérotonine. Plus il y en a, plus les neurones produisent de sérotonine. Mais pour des raisons d'ordre génétique, ou parce que l'alimentation n'apporte pas toujours suffisamment de tryptophane, la synthèse de sérotonine peut être insuffisante, entraînant une dépendance vis-à-vis du sucré, qui toucherait une personne sur trois. Ceci se traduit par de l'irritabilité voire de l'agressivité, des états de déprime, des difficultés à trouver le sommeil, et une attirance excessive pour le sucré qui toucherait une personne sur trois.

Un repas riche en glucides (sucres) entraîne une augmentation de l'un des principaux messagers chimiques du cerveau, la sérotonine, qui module l'appétit. Cet effet est particulièrement marqué pour les sucres rapides consommés hors des repas, comme les confiseries. Comme la sérotonine contribue aussi à la sensation de bien-être, les chercheurs ont formulé l'hypothèse que certains d'entre nous utilisent les aliments sucrés (confiseries) sucrés-gras (chocolat, gâteaux) et les amidons rapides (pain, chips) comme « médicaments », parce qu'ils élèvent le niveau de sérotonine et « rendent moins triste, plus énergique, plus sociable. » Plusieurs études ont d'ailleurs montré que les glucides réduisent les sensations de stress chez celles et ceux qui y sont sensibles.

Pour pallier les déficits en sérotonine et stabiliser la prise alimentaire, il existe ,les  médicaments qui augmentent artificiellement la sérotonine circulante, par exemple les anorexigènes (qui stimulent le largage de sérotonine par les neurones et l'empêchent d'être récupérée ultérieurement).

La  sérotonine  et  la   depression  .

La dépression implique une baisse de production de sérotonine, neurotransmetteur clef dans les symptômes dépressifs.  

La sérotonine sert de messager chimique (essentiel dans la dépression) entre 2 neurones. Dans le cerveau, une catégorie de neurones en sécrète afin de la transmettre à une autre catégorie par l'intermédiaire de leur synapse qui font office de "pont".
 
Lorsqu'elle a effectué son "travail" de neurotransmetteur vis à vis du second neurone, la sérotonine est recapturée par le 1er afin d'être réutilisée plus tard.
 
Le problème majeur chez les personnes déprimées est double :
 
- leur taux de sérotonine est anormalement bas
- les neurones ont besoin d'être laissé en contact plus longtemps avec la sérotonine pour en décoder son message
 
Le but du jeu est de compenser cette carence et faire en sorte que les neurones soient stimulés plus longtemps par la sérotonine.
 
C'est là que les IRS interviennent en empêchant au neurone qui la produit de recapturer. 

les antidepresseurs agissant sur la sérotonine sont appelés, par leurs initiales, des IRS, inhibiteurs de recapture de la sérotonine.  

Les IRS sont des molécules qui bloquent la réabsorption de sérotonine, normalement recapturée par les cellules synaptiques.  
 
Par conséquent le taux de sérotonine augmente à nouveau contribuant à apaiser les troubles de l'humeur notamment.


 La sérotonine s'accumule donc jusqu'à atteindre un seuil normal ce qui permet d'optimiser la transmission du message entre les neurones et donc dans tout l'organisme.
 



23/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres