Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

Assurances . Les dérives d' une politique spéculatrice

Vous le savez sans doute, une compagnie d’assurance dispose de fortes sommes d’argent. Plus la compagnie d’assurance est grosse et plus elle signe des contrats d’assurances avec des assurés et donc plus elle collecte de l’argent qui provient des primes d’assurances.

Mais l’argent collecté ne peut pas être pris en compte dans le bénéfice net d’une compagnie d’assurance car il doit être redistribué pour rembourser les assurés qui ont été victime d’un sinistre. Tout au plus cela rentre dans le chiffre d’affaire des assurances mais en termes de bénéfice c’est l’utilisation et le placement des sommes collectés qui sera déterminant. En gros, plus une compagnie d’assurance fera fructifier au mieux l’argent de ses assurés plus elle pourra espérer faire des bénéfices.

Et   c'  est  ainsi  que  certaines  assurances  investissent  dans  l'  immobilier  en  achetant  certains  complexe  hoteliers   ou  complexe  residentiels  .  Dans  d'  autres  cas  ,  ils  contribuent  au  financements  de  certaines  constructions  (  routes - ponts - gratte  - ciel  -  complexe  hotelier  touristiques  etc  etc  )  .

Mais  le  plus  inquiétant  ,  c'  est  qu'  ils  spéculeraient  votre  argent  en  bourse  . 

Donc  si  les  cours  chutent  ,  ils  perdront  d'  importantes  sommes  .  Si  un  sinistre  vous  arrivaient  pendant  une  crise  ,  je  ne  sais  pas  si  votre  assureurs  pourrait  couvrir  le  remboursement  de  vos  dégats  .

Avec  les  importantes  sommes  qu'  ils  engrengeraient   les  assurances  agissent  exactement  comme  le  ferait  une  banque  . 

Ce  qui  arrive  aux  pays  emergent  ( Russie - Chine - Dubai )  ,  se  passerait  déjà  en  europe  .

C’est dans les pays émergents que l’on retrouve le plus de dérive de l’assurance. Le contrôle de l’Etat presque absent et la faible législation favorisent des pratiques frauduleuses de l’assurance. A cause de ce manque de contrôle évident, les compagnies d’assurances des pays émergents utilisent parfois le montant des cotisations des assurés mais aussi les provisions pour se lancer dans les affaires. Le problème c’est qu’ils ont pris des engagements auprès des assurés et que si les affaires ne marchent pas comment vont-il faire pour rembourser les sommes que certains de leur assurés vont leur réclamer un jour ou l’autre ?

Dans les pays en développement pas mal d’entrepreneurs se lance dans l’assurance dans le seul but de récolter des fonds pour se lancer dans un business plus ou moins douteux. Coté face, l’assureur se fait passer pour une société d’assurance tout ce qu’il y a de plus légale et récolte à ce titre des masses d’argent en proposant des bonnes garanties à ses clients. Coté pile, l’assurer est aussi un promoteur immobilier qui va utiliser l’argent de ses assurés pour financer la construction d’un complexe immobilier. Dans le cas ou le projet se déroule bien et que notre promoteur en tire des bénéfices l’assuré n’a pas de quoi se faire de soucis. Mais en cas de faillite, si le promoteur perd une bonne part de son investissement, il ne pourra plus respecter ses engagements auprès de ses assurés. En cas de sinistre, les assurés ne pourront pas être remboursés et si on se met à la place d’un de ses assurés, on peut comprendre que cela peut-être dramatique. L’assuré, pensant être couvert, ne paniquera pas si par exemple il a assuré sa maison et que celle-ci est brulée par un incendie. Le jour où il contactera son assureur pour un remboursera et qu’on lui dira que son assureur a fait faillite et qu’il s’est évaporer dans la nature vers qui va-t-il se retourner ? Ces pratiques quasi criminelles sont notamment présentes dans des pays comme la Russie ou des réseaux mafieux se font passer pour des assureurs dans le seul but de financer des activités souvent crapuleuses.




11/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres