Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

la manipulation repose sur le fait que la cible ne se doute de rien

Texte  de  jean  mazière  .

 

Il  fut un temps où les régimes dominaient par la force et l'autorité. C'est encore, hélas, le cas à certains endroits de la planète. Bizarrement à l'époque du nazisme, certains s'intéressaient déjà aux comportements des gens, au conditionnement des ménagères américaines.

 

Nous sommes arrivés, aujourd'hui, dans monde sublime et merveilleux, où les individus, se sentant libres, se conditionnent mutuellement, s'inhibent collectivement, se font de l'expression 'libre' à tout va, se détruisent presque physiquement pour le plus grand bien de ceux qui ont pensé cette science de la manipulation. "Un état totalitaire vraiment efficient […] aurait la haute main sur une population d'esclaves qu'il serait inutile de contraindre, parce qu'ils auraient l'amour de leur servitude" (1931, Aldous Huxley). Car, comme le dit Jean-Léon Beauvois, dans le passionnant ‘Sciences et Avenirs' de septembre 2009,  « La manipulation repose sur le fait que la cible ne se doute de rien…. La plupart du temps, nous sommes plutôt dans un état de faible tension cognitive qui ne nous permet pas de remarquer que quelqu'un est entrain de mettre en place des rouages.» L'après guerre a été un laboratoire génial.

 

Un maître mot, la ‘manipulation' cachée derrière la  ‘persuasion', moyen d'influence licite et  connu de tous. Matraquez par des mensonges, il en restera toujours quelque chose, Calomniez sans honte, il en restera toujours quelque chose, inondez avec de la publicité, il en restera toujours quelque chose, captivez par des séries américaines ou maintenant françaises, il en restera toujours quelque chose. Les déviants - les résistants – finiront toujours par rentrer dans cette opinion moyenne chère à nos pouvoirs. Ah ! Cette fameuse opinioncratie, la voie de l'opinion avec ses sondages bidons ! « Lorsque que l'on veut convaincre que la thèse A est la bonne, faut-il présenter la thèse B qui s'oppose à A ? ». Faut-il poser une question en encrassant la thèse B ? Tiens cela me rappelle le Plan A !



27/04/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres