Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

Le Culte de BAAL . Une adoration diabolique

BAAL 

 

http://www.youtube.com/watch?v=8CURUXiCzsM

le  lien  ci - dessus  vous  presente , un  bref  extrait  du  film  "  l' avocat du DIABLE  ".

Le culte de l' Idolatrie . - Blog de bm7 - PARIS

Le culte de Baal - Le blog de savoirperdu

Centre de culte, origine : Il s’agit d’un dieu phénicien, introduit en égypte au début du Nouvel Empire, dont le culte fut implanté par les cananéens dans la région de Memphis.

Description : Baal, un dieu avant tout phénicien : Il s’agit d’un dieu souverain de plusieurs peuples sémites du Proche-Orient. Peu connaissent ce dieu phénix, qui renaît à chaque orage. Baal signifie "seigneur, maître " en sémite. Il fut vénéré tout au long de l’antiquité, traversant les ages, changeant de nom sans jamais perdre sa dimension de dieu colérique mais bénéfique.Frère et époux d’Anat, Maître par excellence, il est le dieu des forces atmosphériques et de la fertilité, celui qui amène la pluie fertilisante et la foudre destructrice. Il a pour voix le tonnerre et pour flèches les éclairs. Associé à d’autres noms, baal ("seigneur") a désigné divers dieux selon les lieux et les époques : en Phénicie et en Palestine, chaque localité, chaque point d’eau a son Baal. Les Grecs l’identifient à Cronos ou à Zeus, et les Romains à Saturne. De la Phénicie, le culte de Baal s’étend à l’égypte et à Carthage, associé à celui du dieu solaire Moloch.

 

Dans l’Ancien Testament, les prophètes dénoncent vigoureusement les rites licencieux associés à son culte et se scandalisent de la ferveur que lui témoignent les Hébreux avant de devenir définitivement monothéistes (les faux dieux des idolâtres sont désignés sous le nom de Baal).

La tradition hébraïque a d’ailleurs fait parvenir jusqu’à nous deux noms de Baal, transformé en démon : Belphégor et Belzébuth. Il fut associé aux déesses Anat et Astarté.Baal est souvent représenté armé d’une lance, la tête ceinte d’une couronne de rayons symbolisant probablement le soleil. Son culte était rendu de préférence sur des collines ou des terrasses, lieux plus proches du ciel : sur le mont Sinaï par les Amalécites, sur le mont Carmel par les Phéniciens. Les sanctuaires comprenaient un mur d’enceinte, un vaste espace pour le public, une caverne creusée dans le roc réservée aux prêtres, des stèles de pierre gravées, un autel constitué d’un bloc de pierre et une fosse destinée aux restes des victimes, parfois humaines.

Bâal fut également un dieu vénéré en Egypte : Ce dieu guerrier phénicien fut introduit en égypte au début du Nouvel Empire son culte fut implanté par les cananéens dans la région de Memphis. Il est assimilé aux dieux guerriers Montou et Seth et soutient le bras du pharaon lors des combats.

Les  Hébreux  et  le  culte  de  BAAL  .

Chez  les  Hébreux  ,  et  bien  avant  l'  arrivée  du  monothéisme  ( Moïse  )  ,  chaque ville cananéenne construisait sans aucun doute un sanctuaire de Baal en l’honneur de son Baal local, son patron. Des prêtres étaient choisis pour présider au culte dans ces sanctuaires et dans les nombreux sanctuaires érigés au sommet des collines voisines et appelés hauts lieux À l’intérieur de ces sanctuaires il y avait peut-être des statues ou des représentations de Baal, tandis qu’à l’extérieur, près des autels, se trouvaient des colonnes de pierre (probablement des symboles phalliques de Baal), des poteaux sacrés qui représentaient la déesse Ashéra, et des autels à encens . Des prostitués, hommes et femmes, servaient sur les hauts lieux où les Cananéens ne se livraient pas seulement à la prostitution rituelle, mais aussi aux sacrifices d’enfants . Ils pratiquaient le culte de Baal jusque sur les toits en terrasse de leurs maisons, d’où on voyait souvent s’élever la fumée sacrificielle offerte à leur dieu. Jr 32:29.




29/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres