Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

PSYOPS . La contrainte télépathique au service de la guerre

DIABLE . La contrainte télépathique (BM7)

 

PSYOPS  .  Operation  psychologiques  destinée  à  influer  sur   l' esprit  de l' ennemi  .

Les récentes révélations du magazine Rolling Stone sur l’utilisation alléguée par l’armée américaine d’ »opérations psychologiques » (ou PSYOPS) sur les membres du Congrès ont créé un émoi en Amérique.

Il a été affirmé que les « PSYOPS », comme on les appelle, ont été utilisées comme un moyen d’obtenir plus de financement militaire et de soutien à la guerre en Afghanistan.

Maintenant on craint que les faucons militaires américains aient trop d’influence dans le domaine politique.

le magazine Rolling Stone se demande si oui ou non les législateurs américains ont été endoctrinés par les militaires lorsqu’ils prennent des décisions clés sur le soutien à l’escalade de la guerre en Afghanistan, affirmant que le lieutenant-général William Caldwell l’homme chargé de la formation en Afghanistan, a ordonné que des opérations psychologiques soient lancées contre les sénateurs en visite et les délégations du Congrès pour les amener apporter leur soutien pour plus de fonds et de troupes pour la guerre là-bas.

Le chef de l’unité spéciale qui conduit les opérations psychologiques, maintenant appelées « opérations de soutien à l’information militaire » (MISO), a dit qu’on lui avait demandé de fournir, « une analyse plus approfondie des points de pression que nous pourrions utiliser pour influer sur la délégation en vue d’obtenir plus de moyens financiers. »

« Mon travail de psy-op est de jouer avec le cerveau des gens, afin d’amener l’ennemi à agir comme nous le souhaitons« , affirme le lieutenant-colonel Michael Holmes, le chef de l’unité IO. « Il m’est interdit de faire ça avec notre propre population. Si on me demande d’essayer d’utiliser ces capacités sur des sénateurs, on franchit la ligne rouge. »

En outre, il est illégal de faire ça. Selon la propre définition du ministère de la Défense, les opérations psychologiques impliquent l’utilisation de propagande et de tactique psychologique pour influencer les émotions et les comportements, et elles sont censées être utilisées exclusivement sur « des groupes étrangers hostiles. »

Mais au lieu de combattre les insurgés afghans, on a systématiquement ordonné à Holmes et à son équipe d’utiliser leur formation pour influencer les membres du Congrès américain.

Le Directeur de la Stratégie des programmes américains de la New America Foundation Steve Clemons croit que « c’est une méthodologie utilisée contre des ennemis, ce n’est pas quelque chose que vous faites avec des alliés ou des membres de votre propre gouvernement chargés de responsabilités de surveillance de vos opérations – c’est le rôle des sénateurs: ils ne sont pas là pour être des partenaires mais pour avoir un contrôle sur ce que fait le Pentagone« .

« Parce que le Pentagone ne voulait pas tant que ça de ce contrôle, et voulait obtenir davantage de ressources de la mission de soutien des sénateurs, ils ont utilisé les mêmes techniques qu’ils utilisaient contre les talibans contre le Sénat des États-Unis. C’est incroyable. »

La longue liste de cibles de haut rang incluait le président du comité du Sénat pour les Forces armées Carl Levin, Steve Israel, le membre de la House Appropriations Committee, et les sénateurs John McCain et Al Franken.

Toutefois, certains des sénateurs disent qu’ils doutent qu’ils ont été soumis à une quelconque influence.

« Je ne vois pas comment cela aurait pu influer sur mes positions de quelque façon que ce soit, nous verrons ce qui se passe, » a déclaré John McCain.

Mais en Janvier de l’année dernière, Steve Clemons a signalé un changement soudain dans le point de vue des sénateurs après leur visite en Afghanistan. « Il y avait un important changement de position. Et je me disais « c’est comme un jeu de confiance« . C’était comme si les militaires manipulaient les gens. Mais je ne savais rien au sujet des Psy-Ops à ce moment-là, » a déclaré Steve Clemons.

On peut citer le cas du sénateur Al Franken, qui, en Janvier de l’année dernière s’est rendu en Afghanistan avec de forts doutes et critiques, mais qui est revenu en se « sentant beaucoup mieux », selon ses propres déclarations.

En dépit du fait que les États-Unis continuent à dépenser des milliards de dollars dans la campagne militaire en Afghanistan, l’insurrection s’est intensifiée, le commerce de la drogue est en pleine progression, de même que l’impopularité de la guerre en Amérique.

« Le problème est que nous avons besoin d’une solution politique, et non d’une solution militaire. Les généraux ne mettent pas fin aux guerres – ce sont les politiciens qui font ça, » dit Jake Diliberto, de l’association anciens combattants pour repenser l’Afghanistan.

Certains disent que l’usage déclaré de tactiques psychologiques pour influencer les politiciens pourraient se produire non seulement en Afghanistan, mais aussi à Washington.

« Il semble y avoir une croyance selon laquelle vous ne pouvez pas forcément accorder votre confiance aux dirigeants politiques qui sont derrière la guerre, mais que vous pouvez faire confiance au commandement militaire, mais ce n’est pas le cas ici. L’armée est tout aussi désireuse de manipuler les événements à son propre avantage et, malheureusement, les membres du Congrès sont tous disposés à croire ça, » a confié Jason Ditz, d’Antiwar.com.

Maintenant, le Pentagone se penche sur la question. Des experts disent qu’ils vont essayer de minimiser l’effet du rapport, et le lieutenant-général Caldwell a nié avoir donné de tels ordres. Si les allégations sont vraies, pour beaucoup, c’est une autre preuve de la précarité du contrôle civil sur les militaires dans l’Amérique d’aujourd’hui.



16/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres