Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

Sea Orbiter . Une station océanographique mobile .

Conçue par Jacques Rougerie, la station mesurera 51 mètres de haut, dont 31 sous l'eau, et pourra accueillir dix-huit personnes à bord.
Conçue par Jacques Rougerie, la station mesurera 51 mètres de haut, dont 31 sous l'eau, et pourra accueillir dix-huit personnes à bord.
 
Lien 
 
 
 

 

Sea  Orbiter 

 

La station Sea Orbiter devrait être mise à l'eau en 2011. Véritable plate-forme scientifique, elle aura notamment pour vocation de travailler sur les liens entre climat, gaz à effet de serre et océans.

 Dans deux ans, la station Sea Orbiter se jettera à l'eau. Ce géant fuselé de 51 mètres de hauteur dont 31 sous l'eau, sorte de crustacé du futur aux antennes dressées vers le ciel, se promènera six mois en Méditerranée pour des tests ultimes, avant de prendre définitivement le large et de dériver au gré du Gulf Stream.

 

Le comité d'éthique est là pour en témoigner avec, parmi les membres, Dan Goldin, un ancien administrateur de la Nasa, ou encore le Norvégien Kjell Holden, vice-président de Marintek, le plus grand centre d'essais en bassin de carène, qui a délivré le permis de naviguer à Sea Orbiter. Mais on y trouve également l'astronaute Jean-Loup Chrétien, Henri-Germain Delauze, le président de la Comex, ou encore Patricia Ricard, la présidente de la Fondation océanographique Paul-Ricard…

Avec dix-huit personnes à bord, dont une poignée de permanents, Sea Orbiter sera une plaque tournante de chercheurs de tous horizons, en relation permanente avec l'Ifremer, partenaire scientifique, qui travailleront sur les liens entre le climat, les gaz à effet de serre et les océans, mais également sur les grands mouvements migratoires des poissons, la biologie marine…

«Sea Orbiter pourra également se mettre en position fixe, notamment à proximité des montagnes sous-marines», s'enthousiasme Jacques Rougerie. «On pourra alors envoyer un drone d'observation capable de descendre à 3 000 mètres de profondeur»,ajoute-t-il.

Ce vaisseau sera également équipé d'un module pressurisé qui servira de simulateur spatial. De quoi «permettre à un équipage de six astronautes de la Nasa ou de l'Agence spatiale européenne (ESA) de tester leurs capacités à vivre en milieu extrême et à effectuer, à l'intérieur comme à l'extérieur, des tâches similaires à celles qu'ils devront effectuer dans l'espace», précise encore le document de présentation. Enfin, une grande part sera accordée à l'éducation des jeunes.

Les appels d'offres pour la construction de Sea Orbiter vont être lancés prochainement avec un budget de 35 millions d'euros. La mise en chantier est prévue fin 2010, et la mise à l'eau un an plus tard. La DCNS sera maître d'œuvre. À l'automne, le capitaine sera nommé. «Une» capitaine, rêve Jacques Rougerie, le regard toujours tourné vers l'avenir.



25/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres