Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

Une peau humaine avec de la soie d' araignée

peau anti balles

peau ultra resistante

http://www.youtube.com/watch?v=QQgzS6uXfdQ&feature=player_detailpage

Une la peau à l'épreuve des balles! Avec l’aide d’une équipe de scientifiques, une artiste hollandaise a décidé d'incorporer de la soie d'araignée entre le derme et l’épiderme humain. 


 

16

Jalila Eassaïd

Aux  Pays-Bas. Isolée et bien au chaud dans son incubateur à CO2, l’oeuvre de Jalila Essaïdi est en pleine culture. A travers la vitre, on distingue deux  récipients plats et cylindriques. «A gauche c’est un échantillon de peau humaine normale cultivée in vitro, détaille l’artiste hollandaise. Et à droite, voici la peau pare-balles avec la soie d’araignée intégrée entre le derme et l’épiderme.» L’artiste de 30 ans est parvenue à créer un échantillon de peau humaine qui résiste à l’impact d’une balle de 5,6 mm !

Les tests grandeur nature ont été réalisés à l’institut de police scientifique de Leiden. En tirant sur un échantillon de peau «normale», cultivée in vitro, le projectile fait un trou net. Mais le même tir sur de la peau renforcée de quatre couche de soie d’araignée résiste et la balle ne passe pas. Il a toutefois été nécessaire de réduire la vitesse du projectile de moitié.

Jalila Essaïdi s’est basée sur les travaux de Randy Lewis, un chercheur américain qui a réussi, en 2001 déjà, à produire de la soie naturelle en grande quantité. En intégrant les gènes d’une Nephila clavipes dans l’ADN d’une chèvre, les protéines de soie d’araignée se retrouvent dans le lait du mammifère. Isolée, la soie est ensuite tissée et finalement incorporée dans la peau en culture.

Abdoel El Ghalbzouri, professeur-assistant au département de dermatologie de l’hôpital universitaire de Leiden, s’est occupé de cultiver cette peau de super-héros in vitro. «Nous avons d’abord généré une matrice dermique sur laquelle nous avons incorporé la soie d’araignée, explique le Dr Ghalbzouri. Ensuite nous avons assemblé l’épiderme et le derme. C’était pour nous un vrai challenge d’observer la réaction entre la soie d’araignée, d’origine complètement différente, et les cellules de peau.»




04/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres