Paranovni - Sciences Parallèles

Paranovni -  Sciences  Parallèles

La Nanocombinaison .

 
Les Américains militarisent les nanotechnologies

Scientifiques et militaires s'associent pour fabriquer des armures magiques

L'armée américaine et le MIT (Massachusetts Institute of Technology) ont inauguré le 22 mai les bâtiments de l'Institute for Soldier Nanotechnologies (ISN). Comme son nom l'indique, ce centre est censé, grâce aux nanotechnologies, transformer les tenues militaires en véritable armures intelligentes...

Une veste qui durcit au contact des projectiles, un spray imperméabilisant universel, des membranes intelligentes capables de filtrer poisons et virus, puis de donner l'alerte... les objectifs de recherche affichés par l'ISN s'inscrivent presque dans l'univers de Star Trek.

Fondé en mars 2002 grâce à une dotation de 50 millions de dollars accordée par l'armée américaine sur 5 ans, l'ISN doit apporter au soldat américain tout ce que les nanotechnologies lui promettent.

Théorisée par le physicien Richard Feynman en 1959, les nanotechnologies sont un ensemble de techniques qui permettent de manipuler la matière à l'échelle de l'atome. En théorie, elles permettent de modifier à volonté les propriétés d'élasticité, de conductivité électrique et thermique, ou de résistance au choc d'à peu prés tous les matériaux.

Depuis l'invention du microscope à effet tunnel dans les années 80, on sait effectivement voir et manipuler les atomes un par un. Fasciné par les applications potentielles de cette nouvelle pierre philosophale, le Congrés américain a déjà consacré un budget trisannuel de 2,4 millards de dollars pour soutenir, par l'intermédiaire de la National Nanoscience Initiative, les projets de recherche et d'investissement civils et militaires consacrés aux nanotechnologies.

Parmi ses partenaires, L'ISN revendique 9 sociétés privés, dont le géant de l'ndustrie chimique DuPont.

"Témoignage vivant"

Aujourd'hui, les promesses des nanotechnologies restent en très grande partie virtuelles, dans tous les secteurs, y compris militaire. Au-delà de l'exposé des ses pistes de recherche, l'ISN n'a pas pu présenter beaucoup d'éléments concrets, hormis le cas de Jason C. Ashline. Touché par balles en Afghanistan en 2002 mais sauvé grâce à son gilet pare-balles high tech ("Interceptor Body Armor", ce soldat de 20 ans a été montré comme "témoignage vivant" des bienfaits de l'infiniment petit sur le champ de bataille.

Le ministère de la Défense américain finançait déjà dicrètement de nombreux travaux de recherche en rapports avec les nanotechnologies, par l'intermédiaire de son "laboratoire scientifique", le DARPA (Defense Advanced Research Program Agency). Il ne cache désormais plus son intérêt pour cette nouvelle discipline, pourtant controversée (Lire Nanotechnologies : une loi réveille le débat éthique aux Etats-Unis).

En mettant en avant les bénéfices "défensifs" d'une "tenue de combat qui protégera le soldat des gaz et projectiles, tout en restant légère et fonctionnelle", l'ISN devient la vitrine acceptable des nanotechnologies militaires. Un rôle proche de celui joué par la pomme de terre-vaccin pour lindustrie des OGM.



31/01/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres